Accueil | Plan | Projet | Diffusion | Rechercher | FAQ locale...
faq anarchiste
Haut de page.
Sommaire section B
page précédente < -- > page suivante
[en 1] - [en 2] - [it] - [pl] - [pt]

B.3 Pourquoi les anarchistes sont-ils contre la propriété privée?

Sommaire

La propriété privée est une des trois choses auquel tous les anarchistes s'opposent, à côté de l'autorité hiérarchique et de l'État. Aujourd'hui, le système dominant de la propriété privée est capitaliste de nature et, à ce titre, les anarchistes ont tendance à se concentrer sur ce système et de son régime de droits de propriété. Nous allons réfléchir de ça ici, mais ce n'est pas, de ce fait, qu'il faille supposer que les anarchistes envisagent d'autres formes de régime de propriété privé (comme, par exemple, la féodalité) comme acceptable. Ce n'est pas le cas - les anarchistes sont contre toutes les formes de régime des droits de propriété qui se traduisent par le travail de beaucoup pour l'interet de quelques-uns.

L'opposition Anarchiste à la propriété privée repose sur deux arguments liés. Celles-ci ont été résumées par des maximes de Proudhon (dans "Qu'est-ce que la propriété?") Que "la propriété c'est du vol" et que "la propriété c'est du despotisme". Selon ses propres termes, "La propriété... viole l'égalité par le droit d'exclusion et d'aubaine, et le libre arbitre par le despotisme. [et] sa parfaite identité avec le vol"[1]. Les anarchistes, par conséquent, s'opposent à la propriété privée (c'est-à-dire le capitalisme), car il est une source de coercition, d'autorité hiérarchique ainsi que d'exploitation et, par conséquent, de privilèges pour une élite et d'inégalité. Il est fondé sur et produit de l'inégalité, en termes de richesse et de pouvoir.

Nous allons résumer chaque argument à tour de rôle.

La déclaration "la propriété c'est du vol" est l'un des dictons le plus célèbre de l'anarchisme. En effet, il n'est pas exagéré de dire que toute personne qui rejette cette déclaration n'est pas un anarchiste. Cette maxime travaille dans deux façons. Tout d'abord, il reconnaît le fait que la terre et ses ressources, le patrimoine commun de tous, ont été monopolisés par quelques-uns. Deuxièmement, il soutient que, en conséquence, ceux qui possédent la propriété exploitent ceux qui n'en ont pas. La raison en est que ceux qui ne possèdent pas ont à payer ou à vendre leur force de travail à ceux qui sont propriétaires afin d'obtenir l'accès aux ressources dont ils ont besoin pour vivre et travailler (tels que les lieux de travail, des machines, la terre, le crédit, le logement, les produits sous brevet , Et autres - voir la section B.3.2 Pour de plus amples informations).

Alors que nous en discutons dans la section B.3.3, cette exploitation (ce vol) découle du fait que les travailleurs ne possèdent pas ou ne contrôlent pas les moyens de production qu'ils utilisent et, par conséquent, qu'ils sont contrôlés par ceux qui les ont (les moyens de production) pendant les heures de travail. Cette aliénation du contrôle sur le travail par le patron met l'employeur en mesure d'exploiter ce travail - pour obtenir du travailleur à produire plus qu'ils ne sont payés en salaires. C'est précisément pourquoi le patron emploie le travailleur. Combinez cela avec le loyer, les intérêts et les droits de propriété intellectuelle et l'on trouve le secret pour maintenir le système capitaliste qui permet d'énormes inégalités de richesse et qui continue à maintenir les ressources du monde dans les mains de quelques-uns.

Pourtant, le travail ne peut pas être aliéné. Par conséquent, quand vous vendez votre travail vous vendez vous-même votre liberté, sur le moment en question. Cela nous amène à la deuxième raison pour laquelle les anarchistes s'opposent à la propriété privée, du fait qu'elle produit des rapports sociaux autoritaires. Pour tous les vrais anarchistes, la propriété est opposé comme une source d'autorité, en fait du despotisme. Pour citer Proudhon sur ce thème:

"Le propriétaire, le voleur, le héros, le souverain, car tous ces noms sont synonymes, impose sa volonté pour lui, et ne souffre ni contradiction ni contrôle, c'est-à-dire qu'il prétend être pouvoir législatif et pouvoir exécutif tout à la fois... Or, la propriété engendre nécessairement le despotisme... cela est tellement de l'essence de la propriété, qu'il suffit, pour s'en convaincre, de rappeler ce qu'elle est, et de rappeler ce qui se passe autour de nous. La propriété est le droit d'user et d'abuser... Si les biens sont des propriétés, comment les propriétaires ne seraient-ils pas rois et rois despotiques, rois en proportion de leurs facultés bonitaires ? Et si chaque propriétaire est majesté souveraine dans la sphère de sa propriété, roi inviolable dans toute l'étendue de son domaine, comment un gouvernement de propriétaires ne serait-il pas un chaos et une confusion ?".[2]

En d'autres termes, la propriété privée est un état en petit, avec le propriétaire qui agit à titre de "seigneur souverain" au dessus de leur propriété, de sorte qu'il est le roi absolu de ceux qui utilisent sa propriété. Comme dans toute monarchie, les travailleurs sont l'objet du capitaliste, ayant à suivre leurs ordres, leurs lois et leurs décisions pendant qu'ils sont sur sa propriété. Ceci, évidemment, est du déni total de liberté (et de la dignité, nous pouvons noter, comme il est dégradant de devoir suivre les ordres). Et donc la propriété privée (le capitalisme) exclut nécessairement la participation, l'influence et le contrôle de ceux qui utilisent, mais ne possèdent pas, les moyens d'existence.

Il est, bien sûr, vrai que la propriété privée offre un domaine de prise de décision libre de toute ingérence extérieure - mais seulement pour les propriétaires de propriétés. Mais pour ceux qui ne sont pas propriétaires, la situation est radicalement différente. Dans un système exclusivement de propriété privée, ça ne leur garantit pas une telle sphère de liberté. Ils ont seulement la liberté de vendre leur liberté à ceux qui ont la propriété privée. Si je suis expulsé d'un morceau de propriété privée, où puis-je aller ? Nulle part, à moins qu'un autre propriétaire accepte de me permettre l'accès à leur bout de propriété privée. Cela signifie que, partout ou je peux meprésenter, est un lieu où je n'ai pas le droit de me présenter sans autorisation et, par conséquent, je n'existe que par l'attente de la propriété possédant une élite. D'où Proudhon :

"De même que le copropriétaire une fois qu'il a tenu ses terres par la munificence et la condescendance du seigneur, qu'aujourd'hui le travailleur tient son travail par la condescendance et les nécessités du maitre et propriétaire"[3].

Cela signifie que, loin d'apporter une sphère d'indépendance, une société dans laquelle tous les biens sont privés rend donc le sans-propriété complètement dépendants de ceux qui ont une propriété. Cela permet de s'assurer que l'exploitation du travail d'un autre ait lieu et que certains d'entre eux soient soumis à la volonté d'autrui, en contradiction directe avec ce que les défenseurs de la propriété promettent. Cela n'est pas surprenant étant donné la nature de la propriété qu'ils défendent :

"Nos adversaires... Ont l'habitude de justifier le droit à la propriété privée en déclarant que la propriété est la condition et la garantie de la liberté. "Et nous sommes d'accord avec eux. N'avons-nous pas dit à maintes reprises que la pauvreté est de l'esclavage ? "Mais alors, pourquoi nous opposer à eux ? "La raison en est claire : en réalité la propriété qu'ils défendent est la propriété capitaliste, à savoir la propriété qui permet à ses propriétaires de vivre du travail d'autrui et qui dépend donc de l'existence d'une classe de déshérités et de dépossédés, contraints de vendre leurs travail à la propriété des propriétaires pour un salaire en dessous de sa valeur réelle... Cela signifie que les travailleurs sont soumis à une sorte d'esclavage, qui, si elle peut varier dans le degré de sévérité, signifie toujours une infériorité sociale, la pénurie matèrielle et la dégradation morale, et est la principale cause de tous les maux qui assaillent aujourd'hui l'ordre social"[4].

Il va, bien sûr, être objecté que personne ne force un travailleur à travailler pour un patron. Toutefois, comme nous le discutons dans la section B.4.3, cette affirmation (qui en vrai) n'est pas une question. Si les travailleurs ne sont pas obligés de travailler pour un patron, ils doivent inévitablement travailler pour un patron. La raison en est qu'il n'y a littéralement pas d'autre moyen de survivre - toutes les autres options économiques ont été éliminées de par la coercition de l'état. L'effet net est que la classe ouvrière n'a guère d'autre choix que de se vendre eux-mêmes à ceux qui ont de la propriété et, par voie de conséquence, le travailleur "a vendu et remis sa liberté" au patron[5].

La propriété privée, donc, produit une forme très spécifique d'autorité au sein de la société, une structure dans laquelle quelques-uns commandent au nombre pendant leurs heures de travail. Ces rapports de production sont par nature autoritaires et incarnent et perpétuent le systéme de classe capitaliste. Au moment que vous entrez à l'usine ou au bureau, vous perdez tous vos droits fondamentaux en tant qu'être humain. Vous n'avez pas de liberté d'expression et d'association, ni aucun droit de réunion. Si l'on vous demandait d'ignorer vos valeurs, vos priorités, votre jugement et votre dignité, et de les laisser à la porte lorsque vous entrez dans votre maison, vous pourriez à juste titre considérer que la tyrannie est présente exactement lorsque vous faites vos heures de travail si vous êtes un travailleur. Vous n'avez aucun mot à dire sur ce qui se passe. Vous pourriez aussi bien être un cheval (à utiliser l'analogie de John Locke - voir la section B.4.2) ou une pièce de machinerie.

Il n'est alors guère étonnant que les anarchistes s'opposent à la propriété privée puisque l'anarchie est "l'absence de maitre, de souverain"[6]. et d'appeler le capitalisme pour ce qu'il est, à savoir l'esclavage salarié !

Pour ces raisons, les anarchistes sont d'accord avec rousseau quand il posait que :

"Le premier qui, ayant enclos un terrain, s'avisa de dire, 'Ceci est à moi', et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères et d'horreurs n'eussent point épargné au Genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à ses semblables : 'Gardez-vous d'écouter cet imposteur; vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et que la Terre n'est à personne' "[7].

Cela explique l'opposition anarchiste au capitalisme. Elle est marquée par deux principales caractéristiques, la "propriété privée" (ou, dans certains cas, la propriété étatique - voir la section B.3.5) et, par conséquent, le travail salarié et l'exploitation et l'autorité. En outre, un tel système requiert un état pour se maintenir pour que "aussi longtemps qu'au sein de la société des groupe d'êtres humains de possédants et de non-possedants sont l'un face à l'autre dans l'inimitié, l'État sera indispensable pour la minorité possédante pour la protection de ses privilèges"[8]. Ainsi la propriété privée des moyens de production n'est possible que s'il y a un État, ayant des mécanismes avec des moyens de coercition organisée à la disposition de la classe des propriétaires (voir la section B.2).

Aussi, il devrait être facile de voir que le capitalisme, en donnant lieu à une idéologie inaliénable le "droit" à la propriété privée, donnera lieu aussi rapidement à des inégalités dans la répartition des ressources externes, et que cette inégalité dans la répartition des ressources donnera lieu à une nouvelle inégalité dans la position de négociation relative aux propriétaire et des sans propriété. Bien que les défenseurs du capitalisme en général tentent de justifier la propriété privée en prétendant que "l'auto-propriété" est un "droit universel" (voir la section B.4.2 - "Le capitalisme est-il basé sur l'auto-propriété?"), Il est clair que le capitalisme rend universel l'autonomie implicite par la notion erronée de l'auto-propriété (l'appel à la notion d'auto-propriété repose sur l'idée que les gens ne sont pas utilisés comme un moyen, mais seulement comme une fin en eux-mêmes). Le système capitaliste, cependant, a sapé l'autonomie et la liberté individuelle, et ironiquement, a utilisé le terme d'"auto-propriété" comme base pour le faire. Sous le capitalisme, comme on le verra dans la section B.4, la plupart des gens sont en général laissés dans une situation où leur meilleure option est de se laisser eux-mêmes être utilisés seulement par les moyens qui sont logiquement incompatibles avec une réelle auto-propriété, c'est-à-dire l'autonomie lequel est initialement un concept attrayant.

Seul le socialisme libertaire peut continuer à affirmer une réelle autonomie et une liberté individuelle de par laquelle l'auto-propriété promette de créer toutes les conditions qui la garantissent. Ce n'est qu'en abolissant la propriété privée qu'il peut y avoir un accès aux moyens d'existence pour tous, afin de réaliser l'autonomie que promet l'auto-propriété mais ne peut fournir en réalité qu'en universalisant l'auto-gestion dans tous les aspects de la vie.

Avant d'aborder les aspects anti-libertaire du capitalisme, il sera nécessaire de définir le terme "propriété privée" par opposition aux "possessions personnels" et de montrer plus en détail pourquoi la première exige la protection de l'État et l'exploitation.

B.3.1 Quelle est la différence entre la propriété privée et la possession ?

Les anarchistes définissent le terme "propriété privée" (ou juste « propriété Â», en abrégé) comme un Etat protégant des monopoles sur certains objets ou des privilèges qui sont utilisés pour contrôler et exploiter les autres. La "Possession", d'autre part, est la propriété des choses qui ne sont pas utilisés pour exploiter les autres (par exemple une voiture, un réfrigérateur, une brosse à dents, etc.) Ainsi, de nombreuses choses peuvent être considérées soit comme des propriétés ou des possessions en fonction de comment ils sont utilisés.

Pour résumer, les anarchistes sont en faveur du type de prorpiété qui "ne peut pas être utilisé pour exploiter un autre - les types de possession personnelle que nous accumulons depuis l'enfance et qui deviennent une part de notre vie". Nous sommes opposés à la sorte de propriété "qui peut être utilisé pour exploiter les gens - les terres et les bâtiments, les instruments de production et de distribution, les matières premières et les articles manufacturés, l'argent et les capitaux"[9]. En règle générale, les anarchistes s'opposent à ces formes de propriété qui sont détenus par un petit nombre de personnes mais qui sont utilisés par d'autres. Cela conduit le premier à contrôler le dernier et à les utiliser pour produire un excédent pour eux (soit directement, comme dans le cas d'un employé, ou indirectement, dans le cas d'un locataire).

L'essentiel est que la "possession" est enracinée dans le concept de "droits d'utilisation" ou d'"usufruit" tandis que la "propriété privée" est ancrée dans un divorce entre les utilisateurs et le propriétaire. Par exemple, une maison dans laquelle quelqu'un(e) vit est une possession, alors que si quelqu'un la loue à quelqu'un d'autre en y faisant un bénéfice, ça devient de la propriété. De même, si quelqu'un utilise une scie pour gagner sa vie en tant que charpentier indépendant, la scie est une possession et lorsque quelqu'un emploie d'autres salariés pour utiliser la scie pour son propre bénéfice, c'est de la propriété. Inutile de dire, qu'un lieu de travail capitaliste, où les travailleurs sont commandés par un patron, est un exemple de "propriété" tandis qu'une co-operative, où les travailleurs gérent leurs propres travaux, est un exemple de «possession». Pour citer Proudhon:

"Le propriétaire est un homme qui, ayant le controle absolu d'un instrument de production, prétend jouir du produit de cet instrument sans le manier lui-même. À cette fin, il la prête."[10].

Si ça peut initialement être une source de confusion à faire cette distinction, c'est très utile pour comprendre la nature de la société capitaliste. Les capitalistes ont tendance à utiliser le mot « propriété Â» pour signifier quelque chose allant d'une brosse à dents à une société transnationale - deux choses très différentes, avec des impacts très différents sur la société. D'où la remarque de Proudhon :

"A l'origine, le mot de propriété fut synonyme de possession propre ou possession individuelle. ça désignait l'usufruit spécial de chaque particulier à utiliser une chose. Mais quand cet usufruit... est devenu actif et suzerain -- c'est-à-dire quand l'usufruitier eut converti son droit d'user personnellement de la chose en celui de l'utiliser par le travail de son prochain -- alors la propriété changea de nature et son idée est devenu complexe"[11].

Proudhon a illustré graphiquement la distinction en comparant un amant comme un possesseur, et un mari comme un propriétaire ! Comme il l'a souligné, la "double définition de la propriété - domaine et possession - est de la plus haute importance et doit être clairement comprise, afin de comprendre" ce que l'anarchisme est vraiment. Ainsi, alors que certains peuvent se poser la question de savoir pourquoi nous faisons cette distinction, la raison en est claire. Comme Proudhon l'a fait valoir, "il est bon d'appeler des choses différentes par des noms différents, si nous gardons le nom de « propriété Â» pour le premier [la possession], nous devons appeler la dernière [le domaine de la propriété] de vol qualifié, de rapine, de brigandage. Si, au contraire, nous nous réservons le nom de « propriété Â» pour cette derniére, nous devons désigner le premier par le terme de possession ou d'autres équivalents, sinon, nous devrions être en difficulté avec un synonyme désagréable"[12].

La différence entre la propriété et la possession peut être vu selon les types de relations de pouvoir que chacunes produit. En prenant l'exemple d'un lieu de travail capitaliste, il est évident que ce sont ceux qui sont propriétaire du lieu de travail qui déterminent comment il doit être utilisé, et non ceux qui y travaillent. Cela conduit à un quasi système totalitaire. Comme le fait remarquer Noam Chomsky, "le terme « totalitaire Â» est tout à fait exact. Il n'y a pas d'institution humaine qui s'approche au plus près du totalitarisme qu'une corporation par actions. Je veux dire que, le pouvoir vient complètement du haut vers le bas. Vous pouvez être quelque part à l'intérieur de celui-ci et vous prendrez des ordres d'en haut et les repercuterez vers en bas. En fin de compte, il est dans les mains des propriétaires et des investisseurs". Ainsi, le producteur ne contrôle pas sa propre activité, ni le produit de son travail, ni les moyens de production qu'il utilise. Dans les sociétés de classe modernes, le producteur est dans une position de subordination envers ceux qui sont réellement propriétaire ou qui gérent le processus de production.

Dans une société anarchiste, comme noté, l'utilisation effective est considérée comme seul légitime. Cela signifie qu'un travail est organisé et géré par ceux qui travaillent en son sein, ce qui réduit la hiérarchie et accroît la liberté et l'égalité au sein de la société. D'où que l'opposition anarchiste à la propriété privée et au capitalisme découle naturellement des principes et des idées de base de l'anarchisme. De ce fait, tout anarchiste est d'accord avec Proudhon :

"La possession est dans le droit ; la propriété est contre le droit. Supprimez la propriété en conservant la possession"[13].

Comme Alexander Berkman précise cette distinction, l'anarchisme "abolit la propriété privée des moyens de production et de distribution, et, avec elle, l'entreprise capitaliste. La possession personnelle reste seulement dans les choses que vous utilisez. Ainsi, votre montre est le vôtre, mais la montre de l'usine appartient à la population. La terre, les machines et tous les autres services publics seront la propriété collective, sans prétentions à être acheté ou vendu. L'utilisation réelle sera considérée comme le seul titre - non la propriété, mais la possession"[14].

Cette analyse des différentes formes de propriété est au coeur à la fois de l'anarchisme sociale et individualiste. Cela signifie que tous les anarchistes cherchent à changer l'opinion sur ce qui doit être considéré comme de valables formes de propriété, dans le but de voir que "la vue anarchiste, que l'occupation et l'utilisation devrait conditionner et limiter le foncier, devienne l'opinion dominante" et ainsi s'assurer que les "individus ne devraient plus être protégés par leurs semblables dans tout ce qui est personnel, mais seul l'occupation et la culture [c'est-à-dire l'utilisation] des terres"[15]. Les principales différences, comme nous l'avons noté dans la section A.3.1, est de savoir comment ils appliquent ce principe.

Ce soutien anarchiste pour la possession n'implique pas de rupture avec des organisations de grande envergure telles que les usines ou autres lieux de travail qui nécessitent un grand nombre de personnes pour fonctionner. Loin de là. Les anarchistes militent en faveur de l'association, qui est le complément de la possession. Cela signifie que l'application de "l'occupation et de l'utilisation" de la propriété travaillé par plus d'une personne résultera une association de travail, c'est-à-dire de ceux qui travaillent ensemble (c'est-à-dire utilisant une propriété donnée) et gérent leur propre travail comme une auto-administration, directement démocratique, par Association d'égaux (généralement appelé "auto-gestion", en abrégé).

Cette logique découle de la théorie de la possession, de "l'occupation et de l'utilisation". En effet, si la production est assurée par des groupes, qui est l'occupant légal de la terre ? L'employeur ou leur gestionnaire ? Bien sûr que non, car ils sont, par définition, occupant plus qu'ils ne peuvent utiliser par eux-mêmes. Il est clair que l'association de ceux qui sont engagés dans le travail peut être la seule réponse rationnelle. D'où le commentaire de Proudhon que "tous les capitaux accumulés étant la propriété sociale, nul ne peut en être le propriétaire exclusif". "Dans le but de détruire le despotisme et l'inégalité des conditions, il faut que les hommes... deviennent associés", ce qui implique l'auto-gestion des travailleurs - "dirigeants, instructeurs, directeurs... doivent être choisis parmi les ouvriers par les ouvriers eux-mêmes"[16].

De cette façon, les anarchistes cherchent, dans les paroles de Proudhon, "l'abolition du prolétariat" et envisagent l'idée-clé de nos idées que "La démocratie industrielle doit... succéder à la Féodalité industrielle"[17]. Ainsi, une société anarchiste serait fondée sur la possession, avec l'auto-gestion des travailleurs pratiqué à tous les niveaux du plus petit lieu de travail ou d'une ferme d'une personne aux industries à grande échelle (voir l'article I.3 Pour de plus amples informations).

Il est donc clair que tous les anarchistes cherchent à transformer et à limiter les droits de propriété. Les droits de propriété capitaliste seraient abolis et un nouveau système mis en place enracinée dans le concept de possession et d'utilisation. Bien que la nature exacte de ce nouveau système diffère entre les écoles de pensée anarchiste, les principes fondamentaux sont les mêmes que celles découlant de la même théorie anarchiste de propriété trouvée dans le "Qu'est-ce que la propriété ?" de Proudhon.

De manière significative, William Godwin dans son enquête concernant la justice politique fait la même remarque concernant la différence entre la propriété et la possession (mais pas dans la même langue), cinquante ans avant Proudhon, ce qui témoigne de sa place centrale dans la pensée anarchiste. Pour Godwin, il existe différents types de propriété. Un type était "l'empire par lequel toute [personne] est en droit sur le produit de son [ou sa] propre industrie". Toutefois, un autre type était "un système, en quelque manière que ce soit établi, par un homme qui entre dans la faculté de disposer du produit d'un autre homme de l'industrie". Cette "espèce de propriété est en contradiction directe" à la premiére sorte (les similitudes avec les idées anarchistes est frappante). Pour Godwin, l'inégalité produit un esprit "servile" chez les pauvres et, en outre, une personne qui "est né dans la pauvreté, peut être dit, sous un autre nom, être né esclave"[18].

Il va sans dire que les anarchistes n'ont pas été totalement cohérents en utilisant cette terminologie. Certains, par exemple, ont évoqué les classes propriétaires et capitalistes comme étant les "classes possédantes". D'autres préfèrent utiliser le terme de "propriété personnels" plutôt que de « possession Â» ou de « capital Â» plutôt que de "propriété privée". Certains, comme de nombreux anarchistes individualistes, utilisent le terme "propriété" dans un sens général et qualifie ça "d'occupation et d'utilisation" dans le cas des terrains, des logements et des lieux de travail. Toutefois, peu importe les mots utilisés, l'idée maîtresse est la même.

B.3.2 What kinds of property does the state protect?

Kropotkin argued that the state was "the instrument for establishing monopolies in favour of the ruling minorities." [Kropotkin's Revolutionary Pamphlets, p. 286] While some of these monopolies are obvious (such as tariffs, state granted market monopolies and so on - see section F.8 on the state's role in developing capitalism) most are "behind the scenes" and work to ensure that capitalist domination does not need extensive force to maintain.

The state therefore maintains various kinds of "class monopolies" (to use Tucker's phrase) to ensure that workers do not receive their "natural wage," the full product of their labour. There are four major kinds of property, or exploitative monopolies, that the state protects:

    (1) the power to issue credit and currency, the basis of capitalist banking;
    (2) land and buildings, the basis of landlordism;
    (3) productive tools and equipment, the basis of industrial capitalism;
    (4) ideas and inventions, the basis of copyright and patent ("intellectual property") royalties.

By enforcing these forms of property, capitalism ensures that the objective conditions within the economy favour the capitalist, with the worker free only to accept oppressive and exploitative contracts within which they forfeit their autonomy and promise obedience or face misery and poverty. Due to these "initiations of force" conducted previously to any specific contract being signed, capitalists enrich themselves at the expense of us as well as making a mockery of free agreement (see section B.4). Of course, despite the supposedly subtle role of such "objective" pressures in controlling the working class, working class resistance has been such that capital has never been able to dispense with the powers of the state, both direct and indirect. When "objective" means of control fail, the capitalists will always turn to the use of state repression to restore the "natural" order.

To indicate the importance of these state backed monopolies, we shall sketch their impact.

The credit monopoly, by which the state controls who can and cannot loan money, reduces the ability of working class people to create their own alternatives to capitalism. By charging high amounts of interest on loans (which is only possible because competition is restricted) few people can afford to create co-operatives or one-person firms. In addition, having to repay loans at high interest to capitalist banks ensures that co-operatives often have to undermine their own principles by having to employ wage labour to make ends meet (see section J.5.11). It is unsurprising, therefore, that the very successful Mondragon co-operatives in the Basque Country created their own credit union which is largely responsible for the experiments success.

Just as increasing wages is an important struggle within capitalism, so is the question of credit. Proudhon and his followers supported the idea of a People's Bank. If the working class could take over and control increasing amounts of money it could undercut capitalist power while building its own alternative social order (for money is ultimately the means of buying labour power, and so authority over the labourer - which is the key to surplus value production). Proudhon hoped that by credit being reduced to cost (namely administration charges) workers would be able to buy the means of production they needed. While most anarchists would argue that increased working class access to credit would no more bring down capitalism than increased wages, all anarchists recognise how more credit, like more wages, and how the struggle for credit, like the struggle for wages, might play a useful role in the development of the power of the working class within capitalism. Obvious cases that spring to mind are those where money has been used by workers to finance their struggles against capital, from strike funds and weapons to the periodical avoidance of work made possible by sufficiently high money income. Increased access to cheap credit would give working class people slightly more options than selling their liberty or facing misery (just as increased wages and unemployment benefit also gives us more options).

Therefore, the credit monopoly reduces competition to capitalism from co-operatives (which are generally more productive than capitalist firms) while at the same time forcing down wages for all workers as the demand for labour is lower than it would otherwise be. This, in turn, allows capitalists to use the fear of the sack to extract higher levels of surplus value from employees, so consolidating capitalist power (within and outwith the workplace) and expansion (increasing set-up costs and so creating oligarchic markets dominated by a few firms). In addition, high interest rates transfer income directly from producers to banks. Credit and money are both used as weapons in the class struggle. This is why, again and again, we see the ruling class call for centralised banking and use state action (from the direct regulation of money itself to the management of its flows) in the face of repeated threats to the nature (and role) of money within capitalism.

So the credit monopoly, by artificially restricting the option to work for ourselves, ensures we work for a boss.

The land monopoly consists of enforcement by government of land titles which do not rest upon personal occupancy and cultivation. In addition, it also includes making the squatting of abandoned housing and other forms of property illegal. This leads to ground-rent, by which landlords get payment for letting others use the land they own but do not actually cultivate. While this monopoly is less important in a modern capitalist society (as few people know how to farm) it did, however, play an important role in creating capitalism (also see section F.8.3). Economist William Lazonick summaries this process:

"The reorganisation of agricultural land [the enclosure movement] . . . inevitably undermined the viability of traditional peasant agriculture. . . [it] created a sizeable labour force of disinherited peasants with only tenuous attachments to the land. To earn a living, many of these peasants turned to 'domestic industry' - the production of goods in their cottages . . .It was the eighteenth century expansion of domestic industry. . . that laid the basis for the British Industrial Revolution. The emergence of labour-saving machine technology transformed. . . textile manufacture. . . and the factory replaced the family home as the predominant site of production." [Business Organisation and the Myth of the Market Economy, pp. 3-4]

By being able to "legally" bar people from "their" property, the landlord class used the land monopoly to ensure the creation of a class of people with nothing to sell but their labour (i.e. liberty). Land was taken from those who traditionally used it, violating common rights, and it was used by the landlord to produce for their own profit (more recently, a similar process has been going on in the Third World as well). Personal occupancy was replaced by landlordism and agricultural wage slavery, and so "the Enclosure Acts. . . reduced the agricultural population to misery, placed them at the mercy of the landowners, and forced a great number of them to migrate to the towns where, as proletarians, they were delivered to the mercy of the middle-class manufacturers." [Peter Kropotkin, The Great French Revolution, p. 117]

This was the land monopoly in action (also see section F.8.3) and from it sprang the tools and equipment monopoly as domestic industry could not survive in the face of industrial capitalism. The tools and equipment monopoly is based upon the capitalist denying workers access to their capital unless the worker pays tribute to the owner for using it. While capital is "simply stored-up labour which has already received its pay in full" and so "the lender of capital is entitled to its return intact, and nothing more" (to use Tucker's words), due to legal privilege the capitalist is in a position to charge a "fee" for its use. This is because, with the working class legally barred from both the land and available capital (the means of life), members of that class have little option but to agree to wage contracts which let capitalists extract a "fee" for the use of their equipment (see section B.3.3).

While the initial capital for investing in industry came from wealth plundered from overseas or from the proceeds of feudalist and landlordist exploitation, the fact of state protection of property ensured that the manufacturer was able to exact usury from labour. The "fee" charged to workers was partly reinvested into capital, which reduced the prices of goods, ruining domestic industry. In addition, investment also increased the set-up costs of potential competitors, which continued the dispossession of the working class from the means of production as these "natural" barriers to entry into markets ensured few members of that class had the necessary funds to create co-operative workplaces of appropriate size. So while the land monopoly was essential to create capitalism, the "tools and equipment" monopoly that sprang from it soon became the mainspring of the system.

In this way usury became self-perpetuating, with apparently "free exchanges" being the means by which capitalist domination survives. In other words, "past initiations of force" combined with the current state protection of property ensure that capitalist domination of society continues with only the use of "defensive" force (i.e. violence used to protect the power of property owners against unions, strikes, occupations, etc.). The "fees" extracted from previous generations of workers has ensured that the current one is in no position to re-unite itself with the means of life by "free competition" (in other words, the paying of usury ensures that usury continues). Needless to say, the surplus produced by this generation will be used to increase the capital stock and so ensure the dispossession of future generations and so usury becomes self-perpetuating. And, of course, state protection of "property" against "theft" by working people ensures that property remains theft and the real thieves keep their plunder.

As far as the "ideas" monopoly is concerned, this has been used to enrich capitalist corporations at the expense of the general public and the inventor. As David Noble points out, the "inventor, the original focus of the patent system, tended to increasingly to 'abandon' his patent in exchange for corporate security; he either sold or licensed his patent rights to industrial corporations or assigned them to the company of which he became an employee, bartering his genius for a salary. In addition, by means of patent control gained through purchase, consolidation, patent pools, and cross-licensing agreements, as well as by regulated patent production through systematic industrial research, the corporations steadily expanded their 'monopoly of monopolies.'" As well as this, corporations used "patents to circumvent anti-trust laws." This reaping of monopoly profits at the expense of the customer made such "tremendous strides" between 1900 and 1929 and "were of such proportions as to render subsequent judicial and legislative effects to check corporate monopoly through patent control too little too late." [American By Design, p. 87, 84 and 88]

By creating "legal" monopolies and reaping the excess profits these create, capitalists not only enriched themselves at the expense of others, they also ensured their dominance in the market. Some of the excess profits reaped due to the legal monopolies where invested back into the company, securing advantages for the company by creating various barriers to potential competitors.

Moreover, the ruling class, by means of the state, is continually trying to develop new forms of private property by creating artificial scarcities and monopolies, e.g. by requiring expensive licenses to engage in particular types of activities, such as broadcasting. In the "Information Age," usury (use fees) from intellectual property are becoming a much more important source of income for elites, as reflected in the attention paid to strengthening mechanisms for enforcing copyright in the recent GATT agreements, or in US pressure on foreign countries (like China) to respect copyright laws, and so on.

In other words, capitalists desire to restrict competition in the "free market" by ensuring that the law reflects and protects their interests, namely their "property rights." By this process they ensure that co-operative tendencies within society are crushed by state-supported "market forces." As Noam Chomsky puts it, modern capitalism is "state protection and public subsidy for the rich, market discipline for the poor." ["Rollback, Part I", Z Magazine] Self-proclaimed defenders of "free market" capitalism are usually nothing of the kind, while the few who actually support it only object to the "public subsidy" aspect of modern capitalism and happily support state protection for property rights. (For more on capitalism as based on state-protected monopolies, see Benjamin Tucker, Instead of a Book by a Man Too Busy to Write One).

All these monopolies seek to enrich the capitalist (and increase their capital stock) at the expense of working people, to restrict their ability to undermine the ruling elites power and wealth. All aim to ensure that any option we have to work for ourselves (either individually or collectively) is restricted by tilting the playing field against us, making sure that we have little option but to sell our labour on the "free market" and be exploited. In other words, the various monopolies make sure that "natural" barriers to entry (see section C.4) are created, leaving the heights of the economy in the control of big business while alternatives to capitalism are marginalised at its fringes.

So it is these kinds of property and the authoritarian social relationships that they create which the state exists to protect. It should be noted that converting private to state ownership (i.e. nationalisation) does not fundamentally change the nature of property relationships; it just removes private capitalists and replaces them with bureaucrats.

B.3.3 Why is property exploitative?

To answer this question, consider the monopoly of productive "tools and equipment." This monopoly, obtained by the class of industrial capitalists, allows this class in effect to charge workers a "fee" for the privilege of using the monopolised tools and equipment.

This occurs because property, in Proudhon words, "excommunicates" the working class. The state enforces property rights in land, workplaces and so on, meaning that the owner can bar others from using them and enforce their rules on those they do let use "their" property. So the boss "gives you a job: that is permission to work in the factory or mill which was not built by him but by other workers like yourself. And for that permission you help to support him for . . .as long as you work for him." [Alexander Berkman, What is Communist Anarchism?, p. 11]

Therefore, due to the dispossession of the vast majority of the population from the means of life, capitalists are in an ideal position to charge a "use-fee" for the capital they own, but neither produced nor use. Having little option, workers agree to contracts within which they forfeit their autonomy during work and the product of that work. This results in capitalists having access to a "commodity" (labour) that can potentially produce more value than it gets paid for in wages. During working hours, the owner can dictate (within certain limits determined by worker resistance and solidarity as well as objective conditions, such as the level of unemployment within an industry or country) the level, duration and intensity of work, and so the amount of output (which the owner has sole rights over even though they did not produce it). Thus the "fee" (or "surplus value") is created by owners paying workers less than the full value added by their labour to the products or services they create for the firm. The capitalist's profit is thus the difference between this "surplus value," created by and appropriated from labour, minus the firm's overhead and cost of raw materials (See also section C.2, "Where do profits come from?").

So property is exploitative because it allows a surplus to be monopolised by the owners. Property creates hierarchical relationships within the workplace (the "tools and equipment monopoly" might better be called the "power monopoly") and as in any hierarchical system, those with the power use it to protect and further their own interests at the expense of others. Within the workplace there is resistance by workers to this oppression and exploitation, which the "hierarchical. . . relations of the capitalist enterprise are designed to resolve this conflict in favour of the representatives of capital..." [William Lazonick, Op. Cit., p. 184]

Needless to say, the state is always on hand to protect the rights of property and management against the actions of the dispossessed. When it boils down to it, it is the existence of the state as protector of the "power monopoly" that allows it to exist at all.

So, capitalists are able to appropriate this surplus value from workers solely because they own the means of production, not because they earn it by doing productive work themselves. Of course some capitalists may also contribute to production, in which case they are in fairness entitled to the amount of value added to the firm's output by their own labour; but owners typically pay themselves much more than this, and are able to do so because the state guarantees them that right as property owners (which is unsurprising, as they alone have knowledge of the firms inputs and outputs and, like all people in unaccountable positions, abuse that power -- which is partly why anarchists support direct democracy as the essential counterpart of free agreement, for no one in power can be trusted not to prefer their own interests over those subject to their decisions). And of course many capitalists hire managers to run their businesses for them, thus collecting income for doing nothing except owning.

Capitalists' profits, then, are a form of state-supported exploitation. This is equally true of the interest collected by bankers and rents collected by landlords. Without some form of state, these forms of exploitation would be impossible, as the monopolies on which they depend could not be maintained. For instance, in the absence of state troops and police, workers would simply take over and operate factories for themselves, thus preventing capitalists from appropriating an unjust share of the surplus they create.

B.3.4 Can private property be justified?

No. Even though a few supporters of capitalism recognise that private property, particularly in land, was created by the use of force, most maintain that private property is just. One common defence of private property is found in the work of Robert Nozick (a supporter of "free market" capitalism). For Nozick, the use of force makes acquisition illegitimate and so any current title to the property is illegitimate (in other words, theft and trading in stolen goods does not make ownership of these goods legal). So, if the initial acquisition of land was illegitimate then all current titles are also illegitimate. And since private ownership of land is the basis of capitalism, capitalism itself would be rendered illegal.

To get round this problem, Nozick utilises the work of Locke ("The Lockean Proviso") which can be summarised as:

    1. People own themselves.
    2. The world is initially owned in common (or unowned in Nozick's case.)
    3. You can acquire absolute rights over a larger than average share in the world, if you do not worsen the condition of others.
    4. Once people have appropriated private property, a free market in capital and labour is morally required.

Take for example two individuals who share land in common. Nozick allows for one individual to claim the land as their own as long as the "process normally giving rise to a permanent bequeathable property right in a previously unowned thing will not do so if the position of others no longer at liberty to use the thing is therefore worsened." [Anarchy, State and Utopia, p. 178]

But, if one person appropriated the land then the other cannot live off the remaining land. However, if the new land owner offers the other a wage to work their land and this exceeds what the new wage slave originally produced, then this meets the "Lockean Proviso." Of course, the new wage slave has no option but to work for another, but this is irrelevant for the Lockean Proviso.

Interestingly, for a ideology that calls itself "libertarian" Nozick theory defines "worse off" in terms purely of material welfare, compared to the conditions that existed within the society based upon common use. In other words, being "worse off" in terms of liberty (i.e. self-ownership or self-government) is irrelevant for Nozick, a very telling position to take.

Nozick claims to place emphasis on self-ownership in his ideology because we are separate individuals, each with our own life to lead. It is strange, therefore, to see that Nozick does not emphasise people's ability to act on their own conception of themselves in his account of appropriation. Indeed, there is no objection to an appropriation that puts someone in an unnecessary and undesirable position of subordination and dependence on the will of others.

Notice that the fact that individuals are now subject to the decisions of other individuals is not considered by Nozick in assessing the fairness of the appropriation. The fact that the creation of private property results in the denial of important freedoms for wage slaves (namely, the wage slave has no say over the status of the land they had been utilising and no say over how their labour is used). Before the creation of private property, all managed their own work, had self-government in all aspects of their lives. After the appropriation, the new wage slave has no such liberty and indeed must accept the conditions of employment within which they relinquish control over how they spend much of their time.

Considering Nozick's many claims in favour of self-ownership and why it is important, you would think that the autonomy of the newly dispossessed wage slaves would be important to him. However, no such concern is to be found - the autonomy of wage slaves is treated as if it were irrelevant. Nozick claims that a concern for people's freedom to lead their own lives underlies his theory of unrestricted property-rights, but, this apparently does not apply to wage slaves. His justification for the creation of private property treats only the autonomy of the land owner as relevant. However, as Proudhon rightly argues:

"if the liberty of man is sacred, it is equally sacred in all individuals; that, if it needs property for its objective action, that is, for its life, the appropriation of material is equally necessary for all . . . Does it not follow that if one individual cannot prevent another . . . from appropriating an amount of material equal to his own, no more can he prevent individuals to come." [What is Property?, pp. 84-85]

Under capitalism people are claimed to own themselves, but this is purely formal as most people do not have independent access to resources. And as they have to use other peoples' resources, they become under the control of those who own the resources. In other words, private property reduces the autonomy of the majority of the population, and creates a regime of authority which has many similarities to enslavement. As John Stuart Mill put it:

"No longer enslaved or made dependent by force of law, the great majority are so by force of property; they are still chained to a place, to an occupation, and to conformity with the will of an employer, and debarred by the accident of birth to both the enjoyments, and from the mental and moral advantages, which others inherit without exertion and independently of desert. That this is an evil equal to almost any of those against which mankind have hitherto struggles, the poor are not wrong in believing." ["Chapters on Socialism", Principles of Political Economy, pp. 377-8]

Capitalism, even though claiming formal self-ownership, in fact not only restricts the self-determination of working class people, it also makes them a resource for others. Those who enter the market after others have appropriated all the available property are limited to charity or working for others. The latter, as we discuss in section C, results in exploitation as the worker's labour is used to enrich others. Working people are compelled to co-operate with the current scheme of property and are forced to benefit others. This means that self-determination requires resources as well as rights over one's physical and mental being. Concern for self-determination (i.e. meaningful self-ownership) leads us to common property plus workers' control of production and so some form of libertarian socialism - not private property and capitalism.

And, of course, the appropriation of the land requires a state to defend it against the dispossessed as well as continuous interference in people's lives. Left to their own devices, people would freely use the resources around them which they considered unjustly appropriated by others and it is only continuous state intervention that prevents then from violating Nozick's principles of justice (to use Nozick's own terminology, the "Lockean Proviso" is a patterned theory, his claims otherwise not withstanding).

In addition, we should note that private ownership by one person presupposes non-ownership by others ("we who belong to the proletaire class, property excommunicates us!" [Proudhon, Op. Cit., p. 105]) and so the "free market" restricts as well as creates liberties just as any other economic system. Hence the claim that capitalism constitutes "economic liberty" is obviously false. In fact, it is based upon denying liberty for the vast majority during work hours (as well as having serious impacts on liberty outwith work hours due to the effects of concentrations of wealth upon society).

Perhaps Nozick can claim that the increased material benefits of private property makes the acquisition justified. However, it seems strange that a theory supporting "liberty" should consider well off slaves to be better than poor free men and women. As Nozick claims that the wage slaves consent is not required for the initial acquisition, so perhaps he can claim that the gain in material welfare outweighs the loss of autonomy and so allows the initial act as an act of paternalism. But as Nozick opposes paternalism when it restricts private property rights he can hardly invoke it when it is required to generate these rights. And if we exclude paternalism and emphasise autonomy (as Nozick claims he does elsewhere in his theory), then justifying the initial creation of private property becomes much more difficult, if not impossible.

And if each owner's title to their property includes the historical shadow of the Lockean Proviso on appropriation, then such titles are invalid. Any title people have over unequal resources will be qualified by the facts that "property is theft" and that "property is despotism." The claim that private property is economic liberty is obviously untrue, as is the claim that private property can be justified in terms of anything except "might is right."

For more anarchist analysis on private property and why it cannot be justified (be it by occupancy, labour, natural right, or whatever) consult Proudhon's classic work What is Property?.

B.3.5 La propriété appartenant à l'État est-elle différente de la propriété privée ?

Non, loin de là.

L'Etat ne doit pas être confondue avec la propriété publique ou commune implicite par la notion de "droits d'utilisation". L'état est un instrument hiérarchique de coercition et, comme nous avons discuté dans la section B.2, est marquée par un pouvoir concentré dans quelques mains. Comme le peuple en général est, de par sa conception, exclus de la prise de décision en son sein, cela signifie que l'appareil d'État exerce un contrôle sur les propriétés en question. Comme le grand public et ceux qui utilisent un bout de propriété sont exclus du contrôle, la propriété de l'Etat est identique à la propriété privée. Au lieu d'être possédé par des capitalistes, la bureaucratie d'État le fait.

Cela peut facilement être vu de par l'exemple de ces soi-disant états « socialiste Â» comme l'Union soviétique ou la Chine. Pour montrer pourquoi, il nous suffit de citer un socialiste de marché qui affirme que la Chine n'est pas capitaliste. Selon David Schweickart, une société est capitaliste si, "afin de pouvoir acceder aux moyens de production (sans laquelle nul ne peut travailler), la plupart des gens doivent contracter avec des gens qui sont propriétaires (ou représentant les propriétaires) de ces moyens. En échange d'un salaire, ils acceptent de fournir aux propriétaires une certaine quantité et de qualité de travail. Il est une caractéristique cruciale de l'institution du travail salarié que les biens ou services produits n'appartiennent pas aux travailleurs qui les produisent mais à ceux qui offre aux travailleurs les moyens de production". Les anarchistes sont d'accord avec la définition du capitalisme de Schweickart. A ce titre, il est juste d'affirmer que "la société des petits agriculteurs et des artisans... n'est pas une société capitaliste, puisque le travail salarié est largement absent". Il est, cependant, faux d'affirmer que "la société dans laquelle la plupart des moyens de production sont détenus par le gouvernement central ou par les collectivités locales - la Chine contemporaine, par exemple - n'est pas une société capitaliste, puisque la propriété privée des moyens de production n'est pas dominante"[18].

La raison en est évidente. Comme l'a dit Emma Goldman (en soulignant l'évidence), si la propriété est nationalisée "il appartient à l'État, c'est, le gouvernement qui a le contrôle de celui-ci et peut disposer de celui-ci en fonction de ses souhaits et opinions... Un tel état de choses peut être appelé capitalisme d'État, mais il serait fantasque de l'examiner dans tous les sens comme Communiste" (qui se doit la "socialisation de la terre et des mécanismes de production et de distribution" qui "appartiennent au peuple, à être installés et utilisés par des individus ou des groupes en fonction de leurs besoins", fondée sur le "libre accès")[19].

Ainsi, de par la propre définition de Schweickart, un système fondé sur la propriété d'État est capitaliste puisque les travailleurs ne sont manifestement pas propriétaires des moyens de production qu'ils utilisent, et que l'État l'est. Ni qu'ils possédent les biens ou les services qu'ils produisent, l'État qui fournit aux travailleurs les moyens de production possédent le produit. La différence est que, plutôt qu'être un nombre certain de capitalistes, il y en a seulement un, l'État. Il est, comme Kropotkine mettait en garde, la "simple substitution... de l'État en tant que capitaliste universel pour les capitalistes présents"[20]. C'est pourquoi les anarchistes ont eu tendance à qualifier ces régimes de "capitaliste d'état" puisque l'état remplace essentiellement le capitaliste comme patron.

Bien que cela soit plus clair pour les régimes comme la Chine qui sont des dictatures, la logique s'applique également aux États démocratiques. Peu importe si un Etat est démocratique, l'État est une forme de propriété exclusive qui implique une relation sociale qui est totalement différente des véritables formes de socialisme. La propriété commune et des droits d'utilisation de produire des rapports sociaux fondé sur la liberté et l'égalité. L'Etat, cependant, présuppose l'existence d'une machine gouvernementale, d'une bureaucratie centralisée, qui se tient au-dessus des membres de la société, en tant qu'individus et en tant que groupe, et qui a le pouvoir de contraindre et de les dominer. En d'autres termes, quand un Etat est propriétaire des moyens d'existence, les membres de la société restent prolétaires, non-propriétaires, exclus du contrôle. Tant sur le plan juridique et que dans la réalité, les moyens d'existence n'appartiennent pas à eux, mais à l'État. Comme l'État n'est pas une abstraction flottant au-dessus de la société, mais plutôt une institution sociale composée d'un groupe spécifique d'êtres humains, cela signifie que ce groupe contrôle et de manière efficace possède la propriété en question, et non la société dans son ensemble, ni ceux qui effectivement l'utilisent. Tout comme la classe des propriétaires exclut la majorité, il en va de même de la bureaucratie étatique qui signifie qu'ils possèdent les moyens de production, que ça le soient ou non est officiellement et juridiquement reconnu.

Cela explique pourquoi les socialistes libertaires ont toujours appuyés l'auto-gestion des travailleurs dans la production comme la base d'une véritable forme de socialisme. De se concentrer sur la propriété, à la fois comme le léninisme et la social-démocratie l'ont fait, n'est pas la question. Il va sans dire que les régimes qui ont remplacé la propriété capitaliste par la propriété d'Etat ont montré la validité de l'analyse anarchiste sur ces questions ("tout-pouvoir, gouvernement centralisé avec du capitalisme d'État comme expression de son économie", pour citer Emma Goldman dans "l'addition de la Russie de Lénine"[21]). La Propriété d'Etat n'est en aucune façon fondamentalement différente de la propriété privée - tout ce qui change est qui exploite et opprime les travailleurs.

Pour de plus amples informations voir la section H.3.13 - "Pourquoi le socialisme d'État est juste un capitalisme d'État ?"

Notes et references

  1. Proudhon, Qu'est-ce que la propriété, p. 251
  2. Op. Cit., pp. 266-7
  3. Proudhon, op. Cit., P. 128
  4. Malatesta, La Révolution anarchiste, p. 113
  5. Proudhon, op. Cit., P. 130
  6. Proudhon, op. Cit., P. 264
  7. "Discourse on Inequality," The Social Contract and Discourses, p. 84
  8. Rudolf Rocker, Anarcho-Syndicalisme, p. 11
  9. Nicolas Walter, Sur L'anarchism e, p. 40
  10. Op. Cit., p. 293
  11. Op. Cit., pp. 395-6
  12. Op. Cit., P. 65 et p. 373
  13. Op. Cit., p. 271
  14. Qu'est-ce que l'anarchisme?, P. 217
  15. Benjamin Tucker, anarchistes individualiste, p. P. 159 et 85
  16. Proudhon, op. Cit., P. 130, p . P. 372 et 137
  17. Proudhon, Selected Writings d e Pierre-Joseph Proudhon, p. P. 179 et 167
  18. The Anarchist Writings de Wil liam Godwin, p. 133, p. 134, p. Et p. 125 126
  19. Après le capitalisme, P. 23
  20. Red Emma Speaks, pp. 406-7
  21. Évolution et de l'environnement, p. 106
  22. Op. Cit., P. 388

[en] - [es] - [hb] - [it] - [jp] - [kr] - [pl] - [pt]
cont@ct | Avancement | RSS/XML | Copyleft