Accueil | Plan | Projet | Diffusion | Rechercher | FAQ locale...
faq anarchiste
Haut de page.
Sommaire section G
page précédente < -- > page suivante
[en 1] - [en 2] - [it] - [pl] - [pt]

Section G - L'anarchisme individualiste est il capitaliste?

La réponse courte est non. Tous les anarchistes individualistes étaient opposés à l'exploitation du travail et à toutes les formes de revenus sans travail (tels que les profits, les intérêts et les rentes) et à la propriété. L'anarchisme individualiste est profondément anti-capitaliste, et de nombreux anarchistes individualistes, Benjamin Tucker y compris, se considèrent comme socialistes (en effet, Tucker a souvent appelé sa théorie "Anarchistic-Socialism" (socialisme anarchiste)).

Donc, dans cette section de notre FAQ anarchiste nous allons développer les raisons qui font que les anarchistes individualistes ne peuvent pas être classés comme les "ancêtres" des libertariens. A la place ils doivent être (au vu de leur opposition à l'esclavage salarial, à la propriété capitaliste, aux intérêts, rentes et profits, aussi bien qu'en raison de leur souci pour l'égalité et la coopération) classés comme libertaires, quoiqu'étant l'aile libérale de la pensée anarchiste. Donc, même si quelques unes de leurs idées se recoupent avec celles des "anarcho"-capitalistes, ils ne sont pas capitalistes, pas plus que la similitude entre certaines de leurs idées et celles des anarcho-communistes font d'eux des communistes.

Dans ce contexte, la création de l'"anarcho"-capitalisme peut-être vu comme une nouvelle tactique des capitalistes pour réconforter le public dans l'idée qu'il n'y a pas d'alternative viable au capitalisme, en décrétant que "même l'anarchisme conduit au capitalisme". Afin de justifier cette déclaration, ils ont cherché dans l'histoire de l'anarchisme des mouvances qui pourraient être utilisées comme exemple. Ils pensent avoir trouvé avec l'anarchisme individualisme ce qu'ils cherchaient.

Cependant, ainsi que nous venons de le voir, par sa définition même - comme opposition à toute autorité hiérarchique - toutes les théories anarchistes sont incompatibles avec le capitalisme. Ainsi, Malatesta disait que "l'anarchie, tel qu'elle est comprise par les anarchistes et comme seulement ils peuvent l'interpreter, est basé sur le socialisme. En effet, s'il n'y avait ces écoles du socialisme qui divisent artificiellement les unités naturelles de la question sociale, et examinent certains aspects en dehors de leur contexte... nous pourrions dire que l'anarchie est synonyme de socialisme, pour les deux choses pour l'abolition de la domination et de l'exploitation de l'homme par l'homme, qu'ils soient exercés par la baïonnette ou par le monopole des moyens d'existence". Sans socialisme, la liberté est simplement "la liberté pour les propriétaires d'oppresser et d'exploiter les plus faibles, ceux qui n'ont rien [..] [et] mène [donc] à l'exploitation et à la domination, en d'autres mots, à l'autorité [...] car la liberté est impossible sans égalité, et l'anarchisme ne peut exister sans solidarité, sans socialisme." (Anarchy, p.47 et p.46)

Néanmoins, c'est parmi les individualistes que l'anarchisme est le plus proche du libéralisme "classique" et devient influencé par les idées de Herbert Spencer, un libéral classique et un proto-libertarian capitaliste. Cette influence, comme le notait Pierre Kropotkine en son temps (par exemple dans La Science moderne et l'anarchisme), a conduit des anarchistes individualistes comme Benjamin Tucker à soutenir la théorie du contrat au nom de la liberté, sans apparemment se rendre compte des rapports sociaux autoritaires qu'elle pourrait entraîner, comme on peut le voir sous le capitalisme. Toutefois, cette section peut aussi être considérée, en partie, comme la continuation de la discussion commencée à la section A.3.

Peu de penseurs sont totalement cohérents. Tucker étant résolument anti-étatiste et anti-capitaliste, il y a de grandes chances que s'apercevant de l'étatisme implicite dans la théorie du contrat, il aurait modifié sa position de façon à rester cohérent. Il est cependant compréhensible qu'il ne l'ait pas fait, car il voyait l'anarchisme individualiste comme une société de travailleurs, et non comme une société de capitalistes et de travailleurs._His opposition to usury logically implies artisan and co-operative labour -- people selling the products of their labour, as opposed to the labour itself -- which itself implies self-management in production (and so society), not authoritarianism._ Néanmoins, c'est cette inconsistance - l'aspect non anarchiste de l'anarchisme individualiste - que des libertariens comme Murray Rothbard ont gardée et c'est sur elle qu'ils se sont focalisés, ignorant le contexte anti-capitaliste sans lequel cet aspect de la pensée individualiste ne peut exister. Comme David Wieck l'a montré :

_"Out of the history of anarchist thought and action Rothbard has pulled forth a single thread, the thread of individualism, and defines that individualism in a way alien even to the spirit of a Max Stirner or a Benjamin Tucker, whose heritage I presume he would claim -- to say nothing of how alien is his way to the spirit of Godwin, Proudhon, Bakunin, Kropotkin, Malatesta, and the historically anonymous persons who through their thoughts and action have tried to give anarchism a living meaning. Out of this thread Rothbard manufactures one more bourgeois ideology." ("Anarchist Justice", Nomos XIX, pp. 227-228)_

Il faut garder cela à l'esprit quand on discute des idées de personnes comme Tucker. Comme cette section de la FAQ va le montrer, même le côté le plus libéral, individualiste, et extrême de l'anarchisme était fondamentalement anti-capitaliste. Chaque concept que l'"anarcho"-capitalisme tire de la tradition individualiste ignore aussi bien les _underpinnings_ théoriques de leurs idées que le contexte social de _self-employment_ et de production artisanale dans lesquels ces concepts ont surgi, les transformant en quelque chose de radicalement différent de ce que prévoyait leurs créateurs. (Any concepts which "anarcho"-capitalism imports from the individualist tradition ignore both the theoretical underpinnings of their ideas as well as the social context of self-employment and artisan production within which those concepts arose, thus turning them into something radically different from what was intended by their originators.)

Il n'est pas besoin de le dire, les "anarcho"-capitalistes sont tout à fait conscient du fait que les anarchistes individualistes étaient clairement hostiles au capitalisme tout en soutenant le "libre marché". Sans surprise, ils essayent de réduire la valeur de cette opposition, en donnant souvent pour argument que les anarchistes qui montrent les positions anti-capitalistes de penseurs comme Tucker et Spooner les citent en dehors de leur contexte. La vérité est tout autre. En fait, ce sont les "anarcho"-capitaliste qui prennent les idées des anarchistes individualistes de leurs contextes historique et théorique.

Ce n'est pas un hommage convenable aux anarchistes individualistes que leurs idées soient aujourd'hui associées avec le capitalisme qu'ils ont si clairement dédaigné et souhaité abolir. _As one modern day Individualist Anarchist argues:

"It is time that anarchists recognise the valuable contributions of . . . individualist anarchist theory and take advantage of its ideas. It would be both futile and criminal to leave it to the capitalist libertarians, whose claims on Tucker and the others can be made only by ignoring the violent opposition they had to capitalist exploitation and monopolistic 'free enterprise' supported by the state." J.W. Baker, Native American Anarchism, The Raven, pp. 43-62, vol. 10, no. 1, pp. 61-2


[en] - [es] - [hb] - [it] - [jp] - [kr] - [pl] - [pt]
cont@ct | Avancement | RSS/XML | Copyleft